11 novembre 18 : deux pièces

Que serait le soleil s’il monnayait sa course dans le ciel, distribuant ses rayons et bienfaits à chacun selon porte-monnaie ? Que serait le soleil s’il comptait d’abord son hydrogène, et après quelques savants calculs, en gardait pour luiTrous noirs.jpg l’essentiel, pour ne donner que des miettes à l’univers ?

Que serait la rivière qui se refuserait, préférant garder pour sa course le plus fort débit en son lit, et ne permettrait ni aux arbres de planter racines, ni aux cerfs d’y tremper narines ? Que serait cette rivière si de peur d’être souillée, détournée, utilisée, elle devenait souterraine pour cacher son trésor et ne jaillissait de surplus qu’en timides ruissellements ?

Que serait le cœur si, recevant le sang, il décrétait tout vouloir garder pour lui-même. D’abord. Et ne ferait livraison au reste du corps qu’en cas de surplus ou de stock ? Que serait le poumon à se gaver d’air, et tout bloquer de la respiration, une fois rassasié et mis à l’abri ?

Que serait l’Homme si recevant Image et Ressemblance de son Créateur, il choisissait librement de tout accaparer pour lui-même et de n’offrir à la terre que ses déchets, aux abondancedominés que la misère, et à ses proches qu’une monnaie de dette ?

En vérité, tel soleil s’éteindrait, telle rivière s’assécherait, tel cœur s’arrêterait, et un tel homme ne serait que l’ombre de lui-même  : effondré sur sa peur de manquer, mort de ne s’être donné, stérile d’avoir tout gardé.  

L’harmonique de l’Univers est le Don. Et seule, musique de même nature peut délivrer l’Homme de ses peurs. Ecoutez cette musique et faites-la retentir. Le son des deux pièces de monnaie qui tombent dans le cristallin du cœur divin sont chacune trompettes de Jéricho ! Et à chaque pièce offerte par pauvres veuves, s’écroule une muraille dans un cœur. Une par une. Alors viendra le jour, où nous pourrons offrir les mille soleils qui composent l’étoffe de notre Être. Le jour où nous serons roi et soleil, enfin, d’un univers qui se languit de l’Homme…

Qu’il en soit ainsi !

Base line

Podcast audio de ce texte à retrouver sur RCF :

 https://rcf.fr/spiritualite/evangile-dun-poete

Évangile de Jésus Christ selon Saint Marc 12, 38-44

En ce temps-là, dans son enseignement, Jésus disait aux foules : « Méfiez-vous des scribes, qui tiennent à se promener en vêtements d’apparat et qui aiment les salutations sur les places publiques, les sièges d’honneur dans les synagogues, et les places  d’honneur dans les dîners. Ils dévorent les biens des veuves et, pour l’apparence, ils font de longues prières : ils seront d’autant plus sévèrement jugés. » Jésus s’était assis dans le Temple en face de la salle du trésor, et regardait comment la foule y mettait de l’argent. Beaucoup de riches y mettaient de grosses sommes. Une pauvre veuve s’avança et mit deux petites pièces de monnaie. Jésus appela ses disciples et leur déclara : « Amen, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis dans le Trésor plus que tous les autres. Car tous, ils ont pris sur leur superflu, mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a mis tout ce qu’elle possédait, tout ce qu’elle avait pour vivre. »

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Grasser Viviane dit :

    Donne et tu recevras !!! mais en bienfaits pour l’âme et cela fait grand bien, Merci Thierry

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s